Mes 10 albums préférés de 2017

Petit bilan de cette année 2017 avec en toute simplicité mes albums préférés de 2017. Chaque Top est forcément subjectif et je ne doute pas découvrir d’autres excellents albums qui auront une place ici, à travers les recommandations publiées par les divers sites musicaux.

Même si on se prend un jeu, donner un ordre à un Top est forcément un peu hasardeux. En revanche mon Top 3 se détache facilement à travers une notion peut-être plus « objective » : Le temps passé à écouter ces albums. Divided By Zero, La La Land et Petite Amie se détachent très clairement du reste puisque ce sont les 3 seuls albums qui m’ont accompagné de la première écoute jusqu’à la fin de l’année.

  1. 3rd Line Butterfly – Divided By Zero

Chronique à lire ici.

 

2. La La Land – OST

Coup de coeur cinéma de l’année. J’ai vu certaines scènes une multitude de fois, et forcément l’OST a également pu m’accompagner toute l’année. Son appréciation est probablement moins tangible que les autres cités puisque dépendante du film. L’OST vieillira sans doute un peu moins bien également. L’OST est officiellement sortie en 2016 mais qui en écoute une avant la sortie d’un film ?

 

3. Juliette Armanet – Petite Amie

Une belle année pour la variété française qui n’a pas du tout l’habitude de se retrouver dans mes Tops. C’est un autre album avec La La Land qui m’a énormément accompagné avant de m’endormir, à défaut d’avoir pu trouver mon bonheur sur la scène UK/US. Ce n’est pas faute de ne rechercher que d’aussi belles douceurs. Il y’a bien Planetarium ou Daughter, mais encore pour une OST, celle de Life Is Strange.

 

4. Gorillaz – Humanz

L’album a eu des retours très mitigés mais il m’a pour ma part rapidement plu passé une ou deux écoutes me laissant dubitatif. Le fil conducteur que pouvait avoir les précédents albums ne se retrouvent peut-être pas ici, et c’est ce qui a pu décevoir, mais les nombreux featurings de qualité ont sans problème complété ce vide pour moi. C’est en revanche bien inhabituel qu’aucun single de Gorillaz ne soit directement fédérateur, ni qu’aucun clip ne marque les esprits afin de porter l’album avec lui. A cette époque de surconsommation musicale, cela a pu être un facteur aggravant aux retours mitigés. Mais l’expérience en concert (surtout à Margate, mais aussi à Genève) aura bien pallié à ça, ce qui est un petit plus à l’appréciation des titres de l’album car chaque morceau vient me rappeler une version live transcendante.

 

5. Slowdive – Slowdive

Les groupes comme Slowdive qui se sont permis une absence d’un peu plus de 10 ans pour revenir avec un album aussi bon peuvent se compter sur les doigts d’une main. Cette année, c’est en plus l’un des très rares groupes Rock à s’être distingué. Et les concerts du groupe sont tout autant recommandables (même si le mien commence malheureusement à dater de 2016).

 

6. Charlotte Gainsbourg – Rest

J’en parlais pour Juliette Armanet, très bonne autre surprise en variété que je n’aurai jamais écouté sans avoir lu et vu quelques avis tous extrêmement positifs, notamment de mes éclaireurs SensCritique. L’album n’est sorti qu’en novembre, on verra si je suis toujours dessus dans quelques mois. En inversant les dates de sortie avec l’album de Juliette Armanet, les positions auraient quelque peu pu s’inverser.

 

7. Lorde – Melodrama

Je ne l’ai pas prise au sérieuse tout de suite mais cette néozélandaise, on en voit pas tous les jours, est assez captivante. Jusqu’à ces lives à l’expression assez agressive et à la danse peu esthétique. Elle pourrait presque être énervante mais pour l’instant je suis plutôt rangé du côté de la fascination. En tout cas l’album est très beau, et Melodrama ou les singles comme Green Light ressortent énormément chez les médias américains.

 

8. Vince Staples – Big Fish Theory

Seul album Hip-Hop (& trap) de ce Top 10 puisque je n’ai pas particulièrement accroché à celui de Kendrick Lamar. Et d’ailleurs, si je devais en citer un second je me tournerais peut-être davantage vers BROCKHAMPTON – SATURATION II sans avoir pris le temps d’écouter les deux autres albums sortis cette année et apparemment aussi bons…

 

9. Wolf Alice – Visions Of A Life

Après un premier bon album intitulé My Love Is Cool, Visions Of A Life ressemble à celui de la consécration pour ce groupe britannique très en vogue. Les londoniens reçoivent  multiples nominations pour cet album et leurs performances lives qui se sont très largement distingués dans le paysage rock anglais. Je ne serais pas surpris que les anglais nous les amènent à une popularité assez grande pour en faire quasiment des headliners chez eux, comme ils le font de plus en plus pour des groupes n’ayant à peine le temps de grandir. Pour cet album, j’adore sa variété notamment grâce au chant d’Ellie Rowsell. Ils s’approprient facilement différents genres musicaux comme d’un Yuk Foo à un Beautifully Unconventional au cachet unique.

 

10. Nicole Atkins – Goodnight Rhonda Lee

J’étais obligé d’intégrer Nicole Atkins à ce Top 10. Ce n’est pas le plus moderne et accessible album de l’année puisqu’elle est de l’héritage des Roy Orbinson, Nancy Sinatra, Carole King. L’album enregistré à Nashville peut sembler désuet mais la voix sensuelle et déchirante de Nicole Atkins fait son charme. Les compositions de cet album en font intrinsèquement un album plus que parfait mais ce n’est pas ce que je peux écouter aussi répétitivement que certains autres ci-dessus. Ce que je pourrais bien écouter et regarder inlassablement en revanche, c’est cet époustouflant morceau/live de l’année A Little Crazy avec Nicole Atkins possédée. Tellement au dessus. Frissons.