janvier 29

Mots-clefs

Rag N’ Bone Man, nouveau ténor de la soul anglaise

GROS coup de cœur pour Rory Graham alias Rag N’ Bone Man, décrit comme le nouveau ténor de la soul anglaise. Plongé dans la musique depuis tellement d’années qu’on ne peut les compter, c’est sa rencontre avec le producteur Marc Crew qui le placera sous les projecteurs. Mélangeant le hip hop, le blues et la soul, ce hipster tatoué presque partout explose internationalement avec le magnifique titre « Human » en 2016. Impossible d’avoir loupé ce titre si vous avez allumé votre radio. Pour ceux qui sont passés à côté du phénomène :

Et pour vivre actuellement en Angleterre, je peux vous assurer que les British en sont très fiers. Son second album sortira le 10 février (on décompte les jours !) et comprend des collaborations avec Vince Staples et Kate Tempest.  Son premier album intitulé « Wolves » nous avait déjà donné l’eau à la bouche. Et nous conforte dans l’idée qu’il aurait du exploser bien avant la sortie de ‘Human’.  Dès la première écoute, on sent qu’il dégage quelque chose de différent. Une voix et des textes puissants et imposants, et sincèrement chargés d’émotion. Le single « Bitter End », extrait de son album « Human » est déjà disponible sur Youtube (on file sur le lien). Rien à voir avec le titre de Placebo, cette chanson tendre et passionnée nous donne directement l’envie de chercher les dates de l’artiste le plus près de chez nous. Pour votre information, il sera en concert à la Rockhal le 28 mars – il faut se dépêcher, les places partent vite!

A retenir dans « Wolves » :

  • « Wolves » (of course), avec ses beats hip-hop, simple et efficace ;
  • « Hard Came The Rain« , parfait pour la BO de la prochaine saison de Peaky Blinders ;
  • « Hell Yeah« , qui, après avoir passé la loooongue intro sur Youtube nous envoie du lourd, du très lourd, parfait mélange entre soul et hip hop – en featuring avec Vince Staples ;
  • « Lay My Body Down« , chanson dans laquelle l’artiste est « in trouble » mais d’une manière bien plus profonde et compatissante que Taylor Swift ;
  • « Sirens« , avec une intro qui nous fait penser au groupe folk américain Beirut, débute par la voix imposante mais ultra efficace de l’ami Rag, parfaite pour une scène de riders de Sons Of Anarchy.. jusqu’aux sonorités drum surprenantes mais qui nous envoutent totalement ;
  • « Rain« , la fameuse collaboration avec Kate Tempest ;
  • « No Mother« , pas de mots, on adore ;
  • Et surtout « Guilty » qui reconnait les influences hip hop de l’artiste, et qu’on ne se lasse pas d’écouter.

 

.. Bref, tout son premier album. Et vivement le prochain!

 

EXCLU : nouvel extrait tout frais, « Skin »