septembre 10

Mots-clefs

Cabaret Vert, les immanquables

La douzième édition du festival français écolo – Le Cabaret Vert : verdict.

Cabaret Vert - Alizee Villance

La douzième édition du festival écolo Cabaret Vert.

Ma première expérience au Cabaret Vert (certes un peu tardive) s’est avérée être une très chouette expérience. Comme certains, j’avais quelques à priori sur ce festival en France – et qui dit France, dit ambiance différente de la Belgique – mais dit surtout eau gratuite : le bonheur ! – et bourré de Youkous. Mais c’était une belle surprise, car le Cabaret Vert se retrouve dans mon top 5 des meilleurs festivals de l’été ! Bourré de stands totalement différents – sans compter leurs incalculables stands de bières spéciales – on ne risque pas de s’ennuyer. Parce que le Cabaret Vert ce n’est pas que de la musique, c’est aussi du cinéma, de la BD, des rencontres associatives, de la bière, de la nourriture locale. Et pour sa douzième édition, le festival a fait fort : Indochine, Arno, Bloc Party, Sum 41, Louise Attaque ou encore Nekfeu, à Charleville-Mézière. Il y en a pour tous les goûts ! C’est donc armée de mon petit pass presse et de mon appareil photos que j’ai parcouru les scènes (principalement la Main Stage, sans vous mentir) afin de photographier les meilleurs artistes de cette édition. Car malheureusement, en tant que photographe, nous n’avons droit de poser notre objectif sur les nombreux artistes que pour la minuscule durée de trois chansons. Et si l’on décompte l’arrivée en retard pour cause de j’ai-été-voir-un-autre-groupe-sur-une-autre-scène ou encore les trombes de pluies (#Sum41) qui nous fait protéger notre appareil comme la prunelle de nos yeux (souvent sous notre magnifique k-way), ça ne laisse parfois pas des masses de temps. Mais quand bien même, on en ressort quand même satisfait et avec des étoiles plein les yeux.

Jour 1 : Etape 1 : NAS

Alizee Villance.

Crédit photographique : Alizee Villance

Le rappeur américain NAS était présent sur la Main Stage le vendredi. A une heure plutôt étonnante d’ailleurs (19h40) étant donné la notoriété (et probablement l’égo qui va avec) de l’artiste. Pour ceux qui avaient vu son show aux Ardentes en 2013, sa prestation trois ans plus tard à dû leur sembler similaire. Tous ses hits ont percuté nos oreilles : Surviving The Times, Life’s A Bitch, ou encore le merveilleux I Can. Du bon, du rap, du lourd, bref, de l’américain.

Etape 2 : LOUISE ATTAQUE

Louise Attaque @Cabaret Vert 2016

Crédit photographique : Alizee Villance

Grand retour sur scène pour Louise Attaque, dont le leader Gaëtan Roussel avait plus tendance à performer en solo ces derniers temps. Depuis plus de vingt ans, le groupe fait danser les jeunes et les moins jeunes, notamment grâce à ses tubes Ton Invitation ou encore le mythique Je t’emmène au vent (qui, bizarrement, est un peu devenu le slow des bals de village actuels). Super performance, on adore l’attitude de Gaëtan et sa bande, super sympas et souriants. Ils prennent du plaisir à retrouver leur public et à les faire participer. Et le plaisir est partagé !

Etape 3 : NEKFEU

Nefkeu @Cabaret Vert 2016

Crédit photographique : Alizee Villance

Haa.. Nefkeu ! Le petit prodige du rap français. N’étant pas particulièrement fan de ce personnage ou même de sa musique, je ne saurais donc être très objective concernant sa performance. Mais à en juger par les étoiles plein les yeux de la foule d’adolescents qui constituaient le public, il devait probablement assurer. Car c’est coincé parmi ces jeunes en furie que j’ai tenté tant bien que mal de dégainer mon appareil afin d’immortaliser l’artiste, qui a refusé toute présence de photographe aux abords de la scène – pas cool ! Une tête d’affiche qui a réussit à rameuter une autre tranche d’âge du public, et qui a fait son boulot.

Jour 2 : Etape 1 : SUM 41

Sum 41 @Cabaret Vert 2016

Crédit photographique : Alizee Villance

Sum 41, la consécration et le retour en adolescence par excellence, bonheur après avoir combattu tout l’après-midi la chaleur et évité les insolations. Les canadiens ont vraiment répondu à toutes les attentes en balançant tous leurs tubes et en faisant danser la foule, et même probablement celle des scènes voisines. C’est donc devant une plaine archi remplie que Deryck Whibley, presque 40 balais, a pu nous montrer ce qu’il avait dans le ventre. Ouvrant le bal par The Hell Song, le groupe balance hit sur hit, Over My Head, Underclass Hero, Pieces, Still Waiting, Into Deep, et clôture en beauté avec Fat Lip. Certains ne sont venus que pour eux, et ne l’ont pas du tout regretté. Et nous, on a passé un super bon moment.

Etape 2 : BLOC PARTY

Bloc Party @Cabaret Vert 2016

Crédit photographique : Alizee Villance

Bloc Party, le groupe anglais qui a quelque peu perdu de ses fans en changeant sa composition. C’est donc avec un peu d’appréhension que la foule est venue les accueillir. Étant personnellement une très grande fan du Bloc Party d’antan, j’avais toujours foi en eux, et espoir d’un line-up constituée de leurs hits qu’on adore tant (on s’arrêterait donc à leur album Four, qui pour moi est leur dernier bon album). Commençant doucement par Only He Can Heal Me, chanson présente sur leur dernier album, Kélé et ses potes ont vite compris que les festivaliers n’étaient pas là pour rigoler. Voulant prouver qu’ils se défendent toujours aussi bien qu’avant, ils envoient la sauce : Team A, Banquet, Helicopter, Song For Clay, Hunting for witches, She’s hearing voices, le tout (on ne peut y échapper) entrecoupé de quelques nouvelles de Hymns, mais c’est pas grave, on leur a très vite pardonné, car les anciennes résonnaient dans nos oreilles comme au bon vieux temps, et ça faisait foutrement plaisir. Bloc Party a donc subi des petits changements de composition, mais reste quand même une référence, et on les adore !

Etape 3 : CASSIUS

Cassius @Cabaret Vert 2016

Crédit photographique : Alizee Villance

Dernière étape de mon périple chez les français, le duo français Cassius a clôturé la Main Stage pour le samedi soir (la scène Zanzibar, pour les intimes). Pour ceux qui ne les connaissent pas, Cassius c’est la musique de la pub d’Apple Toop Toop, ou encore le clip bizarre avec les bouches qui chantent I Love You So. Y allant pour danser et découvrir un peu plus des dj français qui cartonnent actuellement, on n’est pas déçu. Jeux de lumière, du son, des basses, perchés derrière leur montage, enrobés dans leur doudoune Adidas, Zdar et Boom Bass envoient du lourd, et ravi tout le monde.

Le festival écolo-français qui nous rendait sceptique au début a finalement tenu ses promesses – notamment de part sa line-up éclectique et très sympathique – et peut compter sur nous pour l’édition 2017 !

Ce diaporama nécessite JavaScript.