juin 15

Étiquettes

METZ « II » (Sub Pop)

Déjà d’emblée une précision s’impose : ne pas se fier à la fastueuse liste d’influences. On a pu lire ici ou là un alléchant name-dropping censé définir le style de ce trio venu tout droit de Toronto : Jesus Lizard, Bleach de Nirvana, le noise-rock, le Sub Pop des 90’s, les fils du retour de la vengeance du grunge, etc, etc. A l’écoute de ce deuxième album, on est quand même relativement éloigné des piliers du genre cités plus haut et s’il faut citer un groupe parrain, ce serait plutôt du côté d’un Mudhoney force mille, voire des Vines qu’il faudrait aller fouiner. Feeling plus garage/assaut sonore primaire que réellement mélodique ou mathématique, donc. Intensité privilégiée par rapport à la finesse. Étonnant qu’on puisse qualifier ça de noise… Passons. Ces atermoiements n’enlèvent absolument rien à la qualité intrinsèque de ce volume deux, et l’effet baffe dans la tronche est intact. En effet, dés le bouton «play» appuyé, c’est la déflagration. L’auditeur est dans le bain dés le premier morceau, et les musiciens prennent un malin plaisir à nous maintenir la tête sous l’eau, poumons encombrés ou pas. Le groupe n’a pas voulu baisser la température du chauffe-eau depuis le premier album abrasif, et cela s’entend. Il va même nous balancer en prime le sèche-cheveux, histoire de parfaire l’électrocution. Basse de plomb et batterie sauvage mais maîtrisée soutiennent une guitare scie égoïne jouée par un hurleur nourrissant sa colère par son propre boucan. Alors on peut ergoter. Trouver l’ensemble un peu monolithique (argument rendu caduque par un effet claque qui sauve la mise). Ou déplorer la désagréable impression que l’on assiste à un gentil groupe mainstream qui veut se la jouer «je hais le monde» dans le garage de ses parents, après avoir écouté un album des Cows. Mieux vaut ne pas bouder son plaisir, car le parpaing que l’on ressent à l’écoute de ce disque compact (29 minutes pour dix morceaux) est tout ce qu’il y a de plus jouissif.

METZ Band - crédit photo : Elinor Jones

METZ Band – crédit photo : Elinor Jones

METZ est en concert ce 17 juin à l’AB!