Balthazar aux Nuits Botanique 2015

Balthazar aux Nuits Botanique, cela devient un rituel. C’était hier soir leur cinquième participation au festival bruxellois avec comme point d’orgue leur présence dans la plus grande salle du festival : le Cirque Royal.

J’ai eu l’occasion de les voir six fois depuis leur premier album jusqu’à hier soir pour une septième. Ils présentaient pour ce concert Thin Walls, le troisième opus du groupe. Balthazar est un de ces groupes belges qui ne déçoit pas. Ils restent constant dans la qualité musicale. Sont-ils devenus le meilleur groupe belge du moment ? C’est devenu une évidence ce soir.

La soirée débutera avec leurs collègues de label, Champs. On avait pu les voir en première partie à l’Ancienne Belgique et lors des [PIAS] Nites 2013. A ce moment-là, on ne savait absolument rien d’eux sauf qu’ils avaient une chanson magnifique, St Peter’s. Depuis, ils ont sorti déjà deux albums, véritablement inégaux. Ce que l’on regrettera de ce concert, c’est de ne pas avoir entendu St Peter’s. Difficile à croire qu’un groupe novice puisse se permettre de ne pas jouer leur meilleure chanson. Cela me rappelle Radiohead qui ne joue plus Creep. Mais les anglais ont un très bon répertoire pour compenser contrairement à Champs. Ce concert fut une interrogation avec l’impression que ce groupe a brûlé les étapes.

Après une petite pause, c’est au tour de Balthazar de débuter le show. Patricia Vanneste arrivera seule sur scène pour débuter les premières notes de Decency au violon. La setlist du concert ne fera pas l’impasse sur les succès du groupe. Au point de se dire que leur répertoire est très équilibré et le concert ne souffre jamais de temps morts. Les chansons des trois albums seront jouées ainsi que Leipzig sorti en single mais ne figurant pas sur l’album Rats.

Le groupe a conscience qu’il n’est plus un groupe néerlandophone mais bel et bien un groupe belge. La communication avec le public se fera en français, en anglais et en néerlandais. Balthazar sait qu’ils sont populaires partout en Belgique et internationalement maintenant. Ils ne peuvent pas se contenter de parler qu’en néerlandais comme il y a encore quelques temps. En Belgique, s’adresser au public dans une seule langue, c’est se couper de l’autre partie.. Surtout à Bruxelles! Prends-en de la graine Bony King!

Après un rappel sur Lion’s Mouth (Daniel) et Last Call, le groupe reviendra pour terminer le concert en beauté sur son titre devenu un classique pour clore le spectacle : Blood Like Wine. Avec un final sur Raise your glass to the nighttime and the ways / To choose a mood and have it replaced  où le public scandera ces deux phrases le bras levé avec un verre à la main.

On pourra retrouver Balthazar le 7 novembre 2015 à Forest National. Non, ça ne sera pas trop grand pour eux. On espère seulement que le rituel des Nuits Botanique nous offrira encore du Balthazar dans les années à venir pour les écouter dans des lieux à capacité plus « humaine ». Le tout en se réjouissant d’avoir pu les découvrir quand ils n’étaient qu’un « petit » groupe belge.

Balthazar au Cirque Royal #Nuits15 - crédit photo : Anton Coene

Balthazar au Cirque Royal #Nuits15 – crédit photo : Anton Coene

Le concert a bénéficié d’un enregistrement avec Arte :

http://concert.arte.tv/fr/balthazar-aux-nuits-botaniques

SetlistDecency / Then What / Leipzig / The Boatman / Nightclub / Wait Any Longer / The Oldest of Sisters / True Love / Listen Up / Bunker / Fifteen Floors / I Looked For You / Sinking Ship / Do Not Claim Them Anymore / Encore: Lion’s Mouth (Daniel) / Last Call / Encore 2: Intro / Blood Like Wine