Et PAON!

Ce drôle d’oiseau en 2013 nous avait proposé un premier EP efficace (Shine Over Me) sorti à date du Record Store Day. Nous avions eu l’occasion de les écouter durant les Aralunaires d’Arlon la même année. Ont suivi d’autres concerts et de jolies premières parties (alt-J, Villagers, Best Coast ou Hanni El Khatib). Les quatre protagonistes de PAON nous reviennent en ce début de printemps avec leur premier album. Il faut signaler que cette parenthèse musicale pour Aurelio Mattern (Lucy-Lucy!) et Ben Baillieux-Beynon (The Tellers) ne devait pas avoir de suite immédiate. Mais l’incorporation de Leo Grosheitsch (batterie) & Jeremy Mulders (basse) pousse à donner vie à un album.

Sortie de scène

Sortie de scène, mars 2015 – crédit photo : Manou Milon

Après une ouverture magique pour Prelude, nous plongeons dans le vif du sujet avec les deux titres mis en image ce début d’année : Teevee & le brûlant Keep On Burning. Sur Plastic Flower, les vocalises de Ben & Aurelio sont habitées par MGMT. L’exotique Cool Spot (inspiré d’un jeu vidéo) nous évoque le talent de Beck sous Tropicalia. Et les claviers de Wake Them Up nous remémorent le son caractéristique de Supertramp. L’écoute prolongée du LP ne cesse de nous rapporter à l’essentiel chez PAON : la mélodie pop. Chaque morceau forme distinctement une fresque musicale (bourrée de détails) voyageant entre la surf music & la pop psyché. Le choix de la cover de l’album avec cette peinture (le Jardin des délices) de Jérôme Bosch illustre à merveille cette réflexion. Ce triptyque du peintre néerlandais fourmille d’éléments, de précision comme la musique de PAON. Avec les deux derniers morceaux que sont Make It Last & Déjà Vous, nous sommes agréablement surpris de certains passages agités qui collent finalement bien au groupe. Nous soulignons que sur l’ensemble des onze titres, les claviers d’Aurelio font partie intégrante des compositions et participent à l’harmonie de l’album.

PAON à La Frette - crédit photo : Boris Görtz

PAON à La Frette – crédit photo : Boris Görtz

L’enregistrement de l’album s’est déroulé dans la banlieue parisienne, dans un ancien manoir (La Frette) transformé en studio. Girls In Hawaii & Saule y sont passés il y a peu. Nicolas Quéré, ingénieur son attitré du studio, a prêté main forte à PAON pour la production et s’est impliqué dans le projet.

L’actualité brûlante pour le quatuor, ce sont deux dates importantes pour les concerts à venir :

  • le vendredi 1er mai à Arlon pour les Aralunaires avec une création unique dans l’église Saint-Donat;
  • le mardi 12 mai au Botanique à Bruxelles dans le cadre des NUITS 2015 pour les vingt ans de 62TV Records