avril 30

Étiquettes

La passe de six pour les #Aralunaires!

Nous y sommes! C’est aujourd’hui que débutera la sixième édition des #Aralunaires. Rassemblé cette année sur cinq jours, le festival urbain va décliner une large palette musicale avec en toile de fond différents lieux dans Arlon. Sébastien Cuvelier, une des chevilles ouvrières de l’organisation, nous signale le parallèle (toute proportion gardée) entre l’Iceland Airwaves et les #Aralunaires. Tous deux utilisent la matière urbaine pour scène. Une synagogue, la cage d’escalier d’une église, une ancienne tour romaine ou un parking entre autres serviront de décor pour tous ces concerts. Soixante artistes sont à l’affiche!

Mais le programme ne s’arrête pas là! Profitant de l’agenda arlonais, la musique sera présente également sur le marché hebdomadaire du jeudi 1er mai et la brocante du dimanche. Cela donne un cachet authentique à ces évènements. Surfant sur le buzz du « food », le festival a incorporé des manifestations culinaires : restaurant éphémère bio, marché du terroir, circuit gourmand dans les restaurants de la ville, etc. Le choix est vaste durant cette semaine. Pour de plus amples informations et toutes les activités (foire au disque, parcours musical gratuit, expo photo, tribute festival, etc.), nous nous dirigeons vers le site web officiel.

Visuel du festival avec Madensuyu

Visuel du festival avec Madensuyu

Chronique du Son met en avant quelques artistes à suivre durant les cinq jours :

  • SVPER, duo espagnol épinglé lors du dernier optimus PRIMAVERA SOUND (festival à Porto). Ils combinent le son psyché du moment avec des zestes de shoegaze sur une pop rêveuse ;
  • The Spectors, signé sur le label Pias, le groupe belge s’articule autour de la songwriter Marieke Hutsebaut. Le groupe livre de l’indie pop accrocheuse aux mélodies entêtantes ;
  • One Horse Land, pop ou folk ou pop-folk, la musique de ces bruxellois prend un tout autre relief sur scène. Ils viennent de sortir un premier album intitulé Bored with the music ;
  • The Feather, Thomas Medard a conservé plusieurs chansons personnelles depuis quelques années. Il a décidé de les partager sous la forme de The Feather. Place à la rêverie ;
  • Madensuyu, changement de décor avec ce duo belge. C’est du rock sans code. Ils nous rappellent par moment Sonic Youth ou le krautrock de Neu voire les canadiens de Godspeed You! Black Emperor. Stabat Mater est leur dernière production ;
  • Mountain Bike, c’est le rock garage du moment. Les bruxellois font d’excellentes chansons à reprendre en chœur! Pour ne rien gâcher, ils ne manquent pas d’humour ;
  • GiedRé, une artiste entière et farfelue à souhait. Née en Lituanie et vivant depuis lors à Paris, la chanteuse place des textes ciselés mêlant badinage & effroi avec sa guitare tout en conservant sa bonheur.