Frànçois And The Atlas Mountains – Piano Ombre

Succès grandissant pour Frànçois & The Atlas Mountains ! Successeur d’E Volo Love, Piano Ombre est sorti en début de semaine et a été très bien accueilli par la critique.

En étant la première et l’unique signature française sous Domino Records, François Marry et ses compères ont bel et bien marqués les esprits. 
Après une production qui a révélé le groupe à une large audience, Chronique du Son vous parle de leur dernier bijou ; un album vous entrainant dans les profondeurs de leur forêt fantasmée.

Piano Ombre est un album peu travaillé et pourtant brillant. Enregistré en une dizaine de jours, après seulement deux semaines de répétition, il est néanmoins l’album le plus abouti et le plus subtil du quintuor.

Frànçois And The Atlas Mountains

Frànçois And The Atlas Mountains

François Marry, Amaury Ranger, Pierre Loustaunau, Jean Thevenin et Gerard Black ont accordé une totale confiance à Ash Workman, leur producteur. Il faut dire qu’en étant également producteur de Metronomy, les charentais misaient sur une valeur (presque) sûre. Le visuel mérite d’être souligné lui aussi. L’artwork ainsi que les photos de presse ont été réalisées au milieu d’une forêt landaise, un travail accompli par Matthieu Demy.

Dix années après leur premier album (Les Anciennes Falaises), Frànçois & The Atlas Mountains considère Piano Ombre comme la phase finale de leur triptyque. Un album dont la signification – calme ombre – en dit long.
De bois à bien sûr, Piano Ombre est l’achèvement d’une année qui fut marquée par divers événements ; d’une rupture amoureuse à la traversée d’épisodes familiales éprouvants.

La quête du peintre et songwriter baignant dans la pop culture britannique à débuté en 2003. Mais vu le triomphe de Vérité, il y a fort à parier qu’on n’a pas fini d’entendre parler d’eux (en français comme en anglais). 

NB : le groupe innove en créant une application qui vous offre du contenu exclusif. Plus d’informations ici