Poliça explore de nouveaux horizons.

S’il existe un groupe qui a su très vite se faire remarquer et surtout se démarquer de la surabondance de « déjà vu », il s’agit du groupe originaire de Minneapolis : Poliça.

Leur premier album, Give You The Ghost,  avait été extrêmement bien reçu par les critiques l’an dernier. Le combo Indie-electro-rock gagne encore en maturité avec ce second album nommé Shulamith, faisant référence à Shulamith Firestone, écrivain féministe radicale.

Poliça est un groupe qui a des choses à dire et il nous le fait savoir en mettant l’accent sur la violence  et les normes sociales, le tout mêlé par les lyrics personnelles de Channy Leaneagh, leadeuse du groupe à la voix hors norme.

Shulamith est absorbant, intriguant (tout comme la pochette de l’album). Le groupe nous transporte dans ces moments tantôt calmes, tantôt nerveux. Tantôt graves, tantôt plus tranquilles.

Chain My Name est la première track de ce deuxième opus. Choix très judicieux.
S’en suit Smug qui a déjà fait parler d’elle. Warrior Lord, sorti dernièrement possède un clip très plaisant, réalisé par Isaac Gale et David Jensen.

Very Cruel et Torre se démarquent nettement du reste de l’album. Beaucoup plus électrisant, ces titres prouvent que Poliça à plus d’une corde à son arc !

Tiff avait quant à lui marquer les esprits par son clip mettant en avant une scène de torture. Notons le featuring en compagnie de Justin Vernon (alias Bon Iver).

12 titres suffisent à construire un album somptueux, un excellent début de carrière.
Et c’est loin d’être la fin, Poliça assurera les premières parties de Sigur Ros et de The XX.
Je ne sais pas vous, mais moi, je suis entièrement conquise.