Au plus proche de EVEREST

GIRLS IN HAWAII – EVEREST (62TV RECORDS)

On a pris un peu de hauteur pour chroniquer ce troisième album des Girls In Hawaii. Nous avons laissé de côté l’effervescence de la sortie du disque et le début de leur tournée. Cela par respect pour le vécu du groupe et cette reprise combien délicate pour ses membres. Pour évoquer ces onze titres qui composent Everest, nous avons pris le temps de nous informer sur leur retour sur scène, le chemin parcouru & les artistes qui inspirent la formation belge.

Il n’est pas évident pour nous d’évoquer la présence sur une partie de l’album d’un être disparu. La mort de Denis Wielemans en 2010 a modifié la donne pour les bruxellois. Ils ont perdu un frère, un ami, leur rythmique & de nombreux repères. Plusieurs morceaux sont liés à sa mémoire comme Switzerland né d’un exercice entre Antoine Wielemans & Lionel Vancauwenberghe pour évoquer un lieu et leur batteur.

Après une période d’isolement et une éventuelle fin pour les Girls In Hawaii, le duo composé d’Antoine & Lionel a travaillé séparément à des ébauches de titres (pour l’un plus personnels ou un retour aux sources pour l’autre). Les avis positifs de leur entourage ou d’artistes ont conforté l’idée de se remettre à la musique. S’en est suivi, l’année passée, une résidence au festival Deep In The Woods pour prolonger le travail ainsi qu’un passage en studio hors de leur base (une première). Pour cette pratique, le groupe a complètement changé son fusil d’épaule pour se défaire du passé. Ils sont partis dans un manoir aux portes de Paris flanqués d’un producteur (Luuk Cox, leader de Shameboy & batteur de Buscemi) aux références « électro ». La rencontre s’est faite par hasard et le producteur néerlandais a permis d’insuffler beaucoup d’énergie au projet. Le tout sera mixé par une pointure américaine dans le domaine : Tchad Blake (Pearl Jam, The Black Keys, Tom Waits, etc.).

Le band

Le band

L’arrivée de François Gustin (claviers) a selon nous modifié positivement le son des Girls In Hawaii. A l’inverse de From Here To Here ou Plan Your Escape, Everest a des textures différentes par l’entremise de synthés « rétro » comme sur le titre Changes Will Be Lost. De sonorités boisées, nous sommes passés à quelque chose de plus « aérien ». Rorschach & Wars sont des exemples où les guitares passent au second plan.

Passé les deux singles que sont Misses et Not Dead, d’autres titres montrent de réelles qualités. Le « lumineux » We Are The Living annonce selon nous le renouveau du groupe. Head On & Here I Belong complètent la richesse des textures sonores passant de l’obscurité à la lumière (nostalgie radieuse)!

On ne peut passer sous silence le soin accordé à l’artwork & la signature graphique. Leur ami photographe, Olivier Cornil, n’avait pas le temps de poursuivre son travail avec le groupe faute de surcharge. Antoine & Lionel ont trouvé chez Thierry De Cordier (peintre néerlandophone) des réalisations graphiques reprenant l’expression complexe de la nature ! Sur la pochette d’Everest, la mer se fait montagne ou le contraire. C’est une réussite.

Comme épilogue, Everest tient compte de l’humeur du moment, celle des questionnements de ses membres. La confection de cet album passe au-delà de la simple production musicale suite aux évènements. On assiste à la réanimation progressive d’un groupe. Cela nous est apparu évident lors de leur magnifique passage au Pukkelpop cette année.

source Facebook

Les GIRLS IN HAWAII au Pukkelpop 2013

Site web officiel : ici

OFFICIAL VIDEO : Not Dead

Teaser du passage des GIRLS IN HAWAII au : Pukkelpop 2013