Jeronimo, de Bastogne à Ostende

Et non Jérôme Mardaga alias Jeronimo n’est pas « ZiN ZiN » ! Ce titre d’album, le quatrième, fait peut-être référence à son retour sur le devant de la scène. Las, usé par la structure ‘disque – promo – live’, Jérôme avait décidé de se retirer en 2009 et de respirer. Mais un second souffle a visiblement relancé la machine.

source Facebook

source Facebook

ZiN ZiN a été enregistré dans une église proche du refuge de Jeronimo. Théâtre de la vie rurale, le bâtiment n’a pas uniquement servi l’artwork puisque l’artiste l’a utilisé comme studio particulier.  Point de christianisme dans les textes du chanteur belge mais un son « ouvert » qui se dégage de certains titres comme Lac de Garde ou Princesse au regard couleurs ciel de Belgique. Les guitares utilisées tel le dobro (guitare à résonance) participent à cette ambiance musicale.

Du plat pays, il en est question tout au long de l’album. Pour l’amour de la bicyclette, La mort solitaire de Frank Vandenbroucke sonne comme un hommage à ce cycliste atypique si vite disparu ! La belgitude de Jeronimo transpire dans ces dix titres jusqu’à cette ritournelle de douze minutes Irons-nous voir Ostende ? Morceau déjà joué sur le précédent album, Jeronimo complète cette ode mélancolique au voyage si typique pour une quantité de belges.  Une vraie communion!

Pour terminer, on voudrait faire un parallèle qui n’engage que nous. En 1996, Hugo avait sorti La Formule un disque d’Hugo avec son titre phare La nacelle. Cet album avait connu un certain succès. Puis nous sommes restés sans nouvelle de cet artiste. Pourtant, il y avait une réelle valeur ajoutée à ses textes et l’idée de qualité via la langue de Voltaire. Pour Jeronimo, nous sommes dans le même exercice. Celui de proposer des chansons en français sans verser dans la variété tout en restant rock!

Bon retour à toi Jeronimo !

ZiN ZiN est sorti sur le label Anorak Supersport (label indépendant)

Vidéo de : Irons-nous voir Ostende ?

Vidéo de : Pieds nu dans l’aube

Session acoustique de Jeronimo à l’Atelier Rock Huy : ici