INDIANS, le jardinier des plaines

Image

Indians – Somewhere Else (4AD)

On ne va pas le cacher, les groupes scandinaves nous sont précieux dans le paysage musical contemporain. Suède, Islande, Norvège, Finlande… Mais c’est du Danemark qu’une partie des sons actuels nous proviennent (The Raveonettes, Agnes Obel, Inouwee, etc.). Nous avons manqué dernièrement de vous parler des excellents Efterklang avec leur musique douce et posée. Mais il en est question également avec INDIANS et de son actualité remplie.

Le projet en solo du danois Søren Løkke Juul est intéressant à plus d’un titre. Il sort son premier album « Somewhere Else » sur le label 4AD et a tourné l’année passée en première partie d’Other Lives & Perfume Genius. Il était dernièrement à New York pour le festival SXSW 2013 avec une version féminine (dont Heather Woods Broderick & Laurel Simons) du groupe qui l’accompagne sur scène. En quelques mois, il a quitté son job de jardinier pour parcourir les salles de concert des plus belles villes européennes et américaines. Le résident de Copenhagen a également délaissé ses anciens groupes car il ne parvenait pas à confectionner sa musique avec d’autres. Ici, il en sera l’unique concepteur.

Image

C’est en écoutant son premier album ou l’intéressante 4AD Session d’INDIANS à Osea Island (dans l’Essex anglais) qu’on capte les idées de l’artiste. Il conjugue l’envie d’ailleurs, la rêverie avec une voix si singulière remplie de « reverb » comme sur le titre intitulé New. Certains morceaux de l’album nous révèlent des clichés de paysage nordique, des photographies de frimas boréals, des étendues glacées à perte de vue. Melt, Somewhere Else, des chansons qui correspondent bien à cette représentation. Il se dit également hanté sur I Am Haunted lorsqu’il sort sa guitare acoustique.

L’ensemble du premier album d’INDIANS passe par des filtres synthétiques où se mélangent les claviers et les effets «électro». Par moment quelques instruments acoustiques donnent le ton pour un folk boisé comme Cakelakers. L’album manque de densité sur la longueur vu la rapidité de production. Mais la sensibilité de l’artiste nous accapare directement sur plusieurs plages du disque. Cet opus permettra à INDIANS d’enfoncer les portes internationales et de se faire connaître. Le tout est à écouter en live lors d’un futur passage en Belgique ou ailleurs.

Site officiel : ici