Balthazar & Roscoe @ Stereolux, Nantes

Échelonné en trois dates au cours de ce mois-ci, la salle de concert Stereolux a mis à l’honneur la Belgique en nous proposant outre une conférence sur le Rock Belge, les concerts de Balthazar, Roscoe, Great Mountain Fire, School Is Cool & enfin Dan San. Je profite de cette occasion pour vous parler de ces groupes qu’il vous faut écouter, si ce n’est pas toujours fait.

Ça commençait donc le 13 Mars, avec Roscoe en première partie de Balthazar. Pour faire les rapides présentations : Comme nous l’a rapidement dit le leader de Roscoe pendant le concert, très agréable au demeurant, Roscoe est un groupe de la région Wallon tandis que Balthazar est un groupe flamand. Ce qui en soit est une info inutile puisque comme la majorité des groupes belges ils chantent en anglais.

RoscoeDéjà aperçu à Dour 2012 (comme les trois autres groupes de la soirée du 23 Mars à venir) sans en avoir gardé un grand souvenir (trop de groupes vus en courant à droite à gauche), Roscoe m’a confirmé ce soir l’impression laissée par les peu de souvenirs que j’en gardais : Leur musique y est mélodique et poétique avec quelques touches électriques. Le groupe se dit en tout cas s’être inspiré de l’album () de Sigur Ros ou encore d’Elbow. Pour ma part, difficile d’y voir une véritable ressemblance existante avec un groupe bien qu’on en lise des comparaisons avec Archive ou The National, probablement d’avantage pour l’univers et les textes que les sonorités de leur musique.

Pour l’anecdote, Roscoe est un groupe produit par les internautes (via AKAMUSIC) qui ont réuni plus de 15 000  € pour qu’ils produisent leur premier album Cracks tandis que 2 de leurs premières chansons sont sortis sur Clé USB en partenariat avec Dan-Elec. Un groupe qu’on peut donc qualifier de numérique. Cet aspect « groupe numérique » ne s’arrête pas là puisque Roscoe est l’un de ces groupes qui attachent une grande importance aux clips. Ainsi, dans la magnifique chanson « Lowlands », on retrouve deux enfants roumains entraînés par leurs parents dans des combats de rue pour gagner leur vie.

L’album Cracks est sorti en Mars 2012 en Belgique et sort le mois prochain en France, le 15 Avril exactement. Nul doute qu’un joli avenir leur est réservé. Ce joli avenir, c’est déjà le présent pour le groupe Balthazar, tête d’affiche du soir. On va être un peu plus court car vous connaissez déjà certainement leur album « Rats » faisant suite à « Applause », tout deux acclamés par les critiques. « Rats » ayant même été récompensé d’un MIA pour le meilleur album belge de 2012.

Jinte Deprez, co-leader de Balthazar

Jinte Deprez, co-leader de Balthazar

Rapidement, leur musique se démarque par l’utilisation de synthés et de violons offrant une plus grande richesse à la musique. Le fait qu’ils soient 4 à se partager le chant nonchalant de Balthazar n’y est pas pour rien non plus. Mais bien que cela ne se remarque pas tant que cela, le chant reste dominé par les co-leaders Maarten Devoldere et Jinte Deprez, tout deux compositeurs du groupe. Face à cette « rangée » de 4 membres se tenant devant nous (le batteur étant en retrait), c’est inlassablement qu’on les regarde tour à tour, envoûté par chacun des membres. Un sentiment semble t’il fortement partagé par la salle (sold-out ce soir là) qui les a à plusieurs reprises acclamées comme il se doit. J’avais déjà placé « Rats » dans mes albums favoris de 2012, et bien leur concert ne fait que conforter ce sentiment que Balthazar est un immense groupe, qu’on retrouvera avec grand plaisir un peu partout en festival cet été – et probablement à Beauregard dans mon cas.