Dépaysement assuré avec Buke & Gase – General Dome

 Buke & Gase

Buke & Gase (anciennement Buke & Gass) a sorti ce 29 Janvier General Dome faisant suite à leur premier album Riposte (2010) déjà bien accueilli par les critiques. Ils confirment avec ce second album qui m’a permis de les découvrir. Ce duo de Brooklyn composé d’Arone Dyer et Aron Sanchez est assez atypique et se démarque de tout ce que l’on peut entendre habituellement. Afin de se créer une sonorité qui leur est unique et qui reste extrêmement « riche », Buke & Gase ont créé leurs propres instruments.

L’idée ? Compenser le fait de n’être qu’un duo pour sonner comme un groupe. La chanteuse joue ainsi un mélange entre une basse et un ukulele  du nom de « bass ukulele » (devenant le diminutif « buke ») tandis qu’Aron Sanchez joue d’un instrument hybride se situant entre la guitare et la basse du simple nom de guitar-bass (ou « gass »). Ce dernier instrument est notamment efficace pour obtenir un son post-punk, rock progressif.

 Ce n’est pas mon morceau préféré, ni le moins « expérimental » mais c’est le seul son sur Soundcloud. Je recommande idéalement Houdini Crush, morceau d’ouverture et meilleur morceau de l’album.

Pourtant, s’il fallait attribuer un genre musical à cet album, on irait peut-être davantage chercher dans l’indie rock et la folk music. Vous pouvez être rassuré, cela ne ressemble en rien aux (infâmes?) Animal Collective. Si les instruments nous offrent un son assez agressif, il est compensé par la douce voix d’Arone Dyer qui m’a immédiatement rappelé Annie Clark (St. Vincent). Je peux sans risque dire que ceux qui apprécient les œuvres à la fois complexes et exaltantes de cette dernière (Actor, Strange Mercy) apprécieront ces deux brooklynois.

Évidemment, l’album n’est pas parfait. Buke & Gase prennent le parti pris de proposer quelque chose d’original et complexe. Le fait de se limiter à deux instruments sonnant comme 4 instruments et plus ne peut empêcher certaines imperfections. Mais bien qu’ils utilisent des instruments de musique artisanaux, leur travail n’est pas pour autant artisanal. Simplement, l’oeuvre est difficile à appréhender et nécessite quelques efforts de notre part pour l’apprécier à sa juste valeur. Avec Buke & Gase, impossible de se dire « J’ai déjà entendu ça ».

Notons que cet album est le fruit du travail des deux frères de The National,  Aaron & Bryce Dessner. Ces derniers les ont signés il y’a quelques années sur leur label indépendant Brassland Records.

Ci-dessous, une session Live est offerte par NPR, qui les aime beaucoup (Top 50 Albums en 2010)