Sous le charme de The Computers aux Nuits de l’Alligator

The Computers

Je vais faire le malin en vous parlant de The Computers mais ces anglais, je les connaissais à peine il y’a encore une semaine. Ou du moins je pensais ne pas les connaitre puisque j’apprends pas plus tard qu’aujourd’hui qu’ils étaient au festival de Dour 2012, et que c’est ce groupe de punk rock qui m’a fait patienter le dimanche jusqu’à ce qu’on nous ouvre l’accès aux autres scènes. Le festival ayant en effet pris du retard ce jour-ci, la faute à la pluie tombée la nuit ayant obligé les pompiers à intervenir au préalable. Certes, on s’en fout.

En tout cas, après avoir constaté toute la difficulté qu’il y’a à trouver des infos sur ce groupe sur l’internet, je me sens investi d’une mission : Vous en parler. Car ces « mecs » méritent amplement un peu plus de reconnaissance. C’est donc au Festival des nuits de l’Alligator ce vendredi que j’ai fait l’une de mes belles découvertes de 2013, au même titre que The Datsuns dont je vous parle ici.

Screaming Sans dire que The Computers s’inspire de The Hives, on retrouve quelques points communs entre ces gars d’Exeter et les célèbres suédois : Tout d’abord, The Computers se trouve dans le même registre musical : A savoir un mélange de garage, punk, et rock tout aussi efficace. Ensuite, les membres de The Computers ont eux aussi leurs exigences vestimentaires. Vendredi, c’était ainsi costume bordeaux pour tout le monde. Et bien que cela puisse paraître secondaire, cela rajoute à n’en pas douter une certaine « aura » au groupe. Que serait les Hives sans leur costume ?

The ComputersPour ce qui est du jeu de scène et de l’énergie dégagée, on peut faire un parallèle avec Ricky Wilson des Kaiser Chiefs. Le chanteur Al Kershaw aime tout autant jouer avec le public que Ricky. Il n’hésite ainsi pas à rejoindre la foule pour crier, danser avec ou encore à grimper sur tout ce qui le permet tandis que le guitariste  finit certaines chansons étalé au sol. A propos, notons que le prénom utilisé par le chanteur laisse peu de place au doute : « Screaming ». Ce qui semble résumer à merveille la partie « voix » de leur expéditif premier album This is The Computers (25 minutes)bien différente en concert. Car j’ai effectivement rarement entendu pareille différence en passant d’un album à un concert (ou plutôt l’inverse, dans le cas présent).

The ComputersCe changement radical entre la voix sur album et en concert doit pouvoir s’expliquer par la direction prise pour leur prochain album qui devrait sortir cette année. Puisqu’exception faite de 2/3 titres du premier album (dont Music is Dead) et 2 reprises (dont une de The Clash), le reste de la setlist était à priori issu de leur prochain album. Pour l’instant, en plus de l’extrait Disco Sucks nous savons que l’album sortira en avril. Au vu du concert dans la salle du Stereolux, cet album devrait rester fidèle à ce single et mettre de côté les hurlements du premier album pour quelque chose de plus « rockabilly ». Je m’en réjouis donc. Ajoutons à cela une référence qui fait toujours plaisir : Ce second album est produit par Mark Neill, co-producteur du parfait Brothers des Black Keys.

Maintenant, il n’y a plus qu’à prendre son mal en patience et attendre Avril.

Liens utiles :

La vidéo de Music Is Dead, single du premier album

The Computers sur Deezer

The Computers sur Spotify