février 02

Étiquettes

Local Natives : Délicatesse, complaisance et attendrissement à la pelle.

On parle d’eux partout, surtout en bien, toujours la même rengaine :   ‘ Retour tant attendu des Local Natives’,  ‘Après 3 années, Local Native nous offre « HummingBird »’ ou bien encore ‘Album prometteur pour les californiens’.

Bref, vous l’avez compris, mais juste pour le répéter encore une fois au cas où vous êtes lent à la détente : LOCAL NATIVES A SORTI UN NOUVEL ALBUM.

tumblr_mhis4dnbZA1retbzyo1_r1_500

J’ai dû vivre sur une autre planète musicale en 2010 puisque jusque fin de l’an dernier,  j’ignorais complètement l’existence de ce groupe.
Louper le fameux « Gorilla Manor » était visiblement une faute de goût de ma part vu ce qu’en disent les critiques. Pluie de compliments. Je tente donc de me rattraper avec l’écoute de ce second album.

Au risque de décevoir quelques lecteurs, je m’attendais à un truc un plus extraordinaire encore.  A croire que je suis une éternelle insatisfaite… peut être que je ne suis pas dans une période à vouloir de la délicatesse à revendre.
J’admets pourtant volontiers que l’album se laisse écouter. Composé de 11 titres, l’album est léger, écoute  idéale avant de tomber dans les bras de Morphée. Je pense que l’album est en continuité avec leur première réalisation marquant ainsi un bon début 2013 dans la catégorie Indie. Entendez par là que les moustachus apportent un plus à la sensibilité du genre musical.

Concernant les tracks qui sortaient un peu du lot.  Ma préférence va étonnement à : Mt.Washington qui m’a plu dès les premières secondes et qui pour moi,  est le titre décisif, qui a donné suite à une seconde écoute de l’entièreté de « HummingBird ». Vient ensuite successivement : Black Ballon et Breaker (qui fut le premier titre de l’album à être dévoilé).