Seconde production pour BALTHAZAR avec ‘RATS’

RATS

Photo de Titus Simoens

Si le premier album (‘APPLAUSE’ sorti en 2010 sur le label MUNICH RECORDS BV) vous a échappé, il est temps de vous plonger dans ce second essai des belges de Balthazar. Intitulé ‘RATS’ (Play It Again Sam alias PIAS), le groupe de Maarten Devoldere et Jinte Deprez prend le parfait contre-pied de la tendance actuelle ; prendre deux années pour produire cet opus et réclamer au public une écoute attentive des dix plages qui forment l’album. Deux cerveaux pour un corps, Jinte & Maarten sont jeunes. Il n’empêche qu’ils démontrent une écriture intelligente sur une pop faussement paresseuse (cf la voix de Maarten). On retrouve tout au long de ‘RATS’ différentes nuances musicales, une subtilité dans les arrangements et la précision qui font défaut à certains groupes. L’ensemble est accompagné par le violon de Patricia, le groove (déjà présent sur le premier opus) de la basse de Simon et la rythmique appuyée par la batterie de Christophe.

Est-ce les arrangements orchestraux (instruments à corde) qui nous entrainent vers une mise en parallèle de certaines productions de Serge Gainsbourg dont l’ « Histoire de Melody Nelson » ou bien les cuivres qui teintent discrètement certaines plages ? Il n’empêche que les influences viennent des années soixante. Voire pour certains détails des monstres de toujours que sont les Rolling Stones (rythmique) ou les Beatles (mélodie et production). La musique est construite dans la même idée. Later fait le grand écart entre son orchestration au violon et son côté introspectif. Les cuivres de Joker’s Son marquent de manière sensible voire romantique le morceau où les voix en duo puis collégiales se fondent. La puissance mélodique se prolonge sur The Man Who Owns The Place, Lion’s Mouth (Daniel) ou en apogée dans Any Suggestion. Le tout est condensé, structuré sans être indigeste à l’écoute.

Enfin, le groupe attache de l’importance au mixage de chaque production et ici l’excellence de Noah Georgeson (USA, Los Angeles) teinte de la tradition musicale américaine le son européen du band sans fausse note. Il en va de même avec l’« Artwork » de l’album où le photographe gantois Titus Simoens a offert une photo après une virée commune à Las Vegas. Les belges emballent là leur musique de bien belle manière! Suite logique après la sortie de ‘RATS’, ils vont défendre leur production sur scène en démontrant que leur pop mid-tempo n’est pas le fruit du hasard ! Longue vie à Balthazar.

Quelques précieuses vidéos pour découvrir le groupe :

Via PIAS, la présentation des membres du groupe

Un lien vers le podcast de Focus Store #3 de Myriam Leroy et ses acolytes :

Podcats de Focus Store #3 signalant la sortie de RATS