Live Report de Blur @ Hyde Park, Clôture des JO 2012

7h30 du matin, Hyde Park est encore désert.

Aujourd’hui, l’un de mes rêves se réalise enfin: Voir Blur en concert, et qui plus est dans un contexte particulier : Nous ignorons si il s’agit du dernier concert ou non de Blur tandis que l’esprit  « JO 2012 » y sera clairement visible tout au long de la journée. Nous arrivons à 7h30 du matin,  Hyde Park est encore désert puisque moins d’une dizaine de personnes sont déjà là. Blur ne jouant qu’à plus de 21 heures, les gens ne semblent véritablement pressé puisqu’à l’ouverture des portes à midi, les 12 entrées ne se composent chacunes que d’une vingtaine de personnes, au plus. Et ce n’est pas le temps qui les aura retenu de se présenter tôt devant les entrées puisque tout au long de cette journée, la météo aura simplement été parfaite : Aucunes pluies mais du soleil, et ce sans jamais atteindre des températures trop élevées ou faibles. Tout semble être favorable aux organisateurs pour que ces JO et cette Cérémonie de Clôture se déroule jusqu’au bout à la perfection. Une perfection visiblement recherchée par les organisateurs puisqu’on note la présence de portiques (comme dans un aéroport) ne risquant pas non plus de mettre en danger notre sécurité dans Hyde Park, en plus de faire gagner du temps à tout le monde en nous épargnant les désagréables fouilles habituelles. 

Pendant tout ces Jeux Olympiques, Hyde Park aura permis aux britanniques de suivre les JO sur écran géant. Et cette Cérémonie de Clôture ne dérogera pas à la règle : Ainsi, avant le début des concerts à 16h30 et pendant les pauses nous pouvons continuer de suivre les JO 2012. L’ambiance y est d’ailleurs très détendue : Les gens s’allongent tranquillement sur leurs serviettes. Des serviettes qui pour info ne sont pas tellement nécessaire puisque des copeaux y sont étalés partout au sol et rendent Hyde Park bien assez confortable comme cela. En dernier exemple de cette organisation parfaite : L’eau dans Hyde Park y est tout simplement gratuite. Des petits verres d’eaux fraîches nous sont offerts dès que nous en avons envie, ou encore mieux, on nous remplit nos bouteilles vides de 50 cl. Cette initiative me permettra de faire une économie considérable : 2 £ de dépensés de midi  à minuit tout en buvant « à ma soif ».

En tout cas, les britanniques semblent évidemment les plus concernés par cette diffusion des JO et exception faite du concert de Blur, c’est bien une médaille d’or britannique qui rendra le public d’Hyde Park encore plus bruyant que lors des premières parties. En effet, lorsque le britannique Anthony Joshua remporte la médaille d’or en boxe poids lourds, c’est tout Hyde Park qui explose littéralement de joie. Les 40 à 60 000 personnes présentes (suivant l’heure) sont ici pour Blur et cela se voit : Blur se retrouve sur une grande parties des t-shirts du public tandis que l’ambiance restera encore assez calme lors des concerts de The Specials, New Order et Bombay Bicycle Club. Ces derniers sont ceux chargés de faire débuter cette Cérémonie de Clôture mettant à l’honneur la musique anglaise.

DEBUT DES CONCERTS

Bombay Bicycle Club dont la participation était officiellement gardée secret jusqu’à ce dimanche (mais officieusement déjà connue) débute de bien belle façon cette Cérémonie de Clôture en interprétant 10 de leurs titres (voir la setlist). Ces 10 titres qui nous donnent donc un concert assez court d’une quarantaine de minutes mais vraiment agréable. Si vous ne les connaissez pas, leur musique est influencé par celle d’Arcade Fire (voir Beirut) et se rapproche entre autres de Fanfarlo. C’est un groupe encore assez méconnu en France visiblement puisqu’ils ne joueront par exemple pas plus tard que 15 heures à Rock en Seine tandis que le Reading Festival les programme en haut de l’affiche. Ils ont d’ailleurs remporté le prix du « NME Best New Band » il y’a deux ans comme avant eux MGMT, Klaxons, The Arctic Monkeys et j’en passe. Cependant, la musique de Bombay Bicycle Club convient à des ambiances de jour et il n’en a été d’aucune frustration de les voir jouer dès 16h30.

New Order rend hommage à Ian Curtis

Après une nouvelle pause « Jeux Olympiques » via les deux écrans géants qui ne forment plus qu’un quand aucun groupe ne se produit, c’est au tour de New Order de monter sur scène pour jouer sa new-wave déjà bien moins de mon goût. Parmi leur setlist composée de 11 titres, on note quand même deux covers de Joy Division avec « Isolation » & surtout « Love Will Tear Us Apart ». Ce dernier titre est l’occasion de rendre un hommage un peu plus grand à Ian Curtis grâce à l’écran géant d’Hyde Park. Et c’est évidemment en interprétant ces deux chansons que le public est le plus réactif.


C’est ensuite au groupe de Coventry The Specials que revient l’honneur de se produire sur cette scène d’Hyde Park, où il est utile de préciser que le son est de grande qualité. Contrairement aux impressions que laissent souvent ce genre de scènes en festival avec une présence trop forte de basses, aujourd’hui nous n’aurons aucun reproche à y faire. Cependant, certaines critiques ont été émises sur le volume du son qui aurait été trop faible pour ceux étant plus éloigné de la scène. Bref, The Specials vient nous interpréter 18 titres de son répertoire ska-punk. Ce qui peut paraître beaucoup mais leurs chansons semblent dépasser rarement les trois minutes. La durée de leur prestation ne sera semble t’il guère plus longue que celle de New Order, soit entre 1h et 1h30 même si j’avoue ne jamais avoir regardé ma montre pour en connaitre la durée exacte. Encore une fois, j’ai un peu de mal avec leur musique, et peut-être bien un peu plus en live qu’en album studio. Puis étant présent depuis 7h30 du matin à Hyde Park, il faut aussi dire que l’on commence à s’impatienter de voir enfin Blur.

Après le concert de The Specials, nous avons notre dernière pause avant Blur, avec la BBC pour nous faire passer le temps sur l’écran géant qui commence à diffuser les meilleurs moments des JO 2012, signe que la fin de ces deux semaines de Jeux Olympiques est maintenant très proche. Pour moi qui n’ait pas du tout suivi les JO et y voit ainsi pratiquement mes premières images, c’est en tout cas l’une des meilleurs façons de se faire résumer ces 15 jours de sport. Les images sont effectivement superbes, qu’elles rendent hommage aux USA, à la Team GB, à la Chine ou aux performances « individuelles » de Phelps, Bolt & j’en passe.

Il est un tout petit peu moins de 21 heures et nous avons toujours aussi peu de détails sur le déroulement de la journée donc on ignore l’heure à laquelle Blur va jouer. Un décompte arrive sur l’écran géant, on se dit que c’est peut-être maintenant. Raté, ce décompte lance l’autre Cérémonie de Clôture se tenant dans le Stade Olympique. Nous regardons les 15 premières minutes, jusqu’à ce qu’un écran « Blur » apparaisse.

Une scène du plus bel effet représentant « Westway » en fond

BLUR est alors sur scène entouré de nombreux musiciens (saxophoniste, percussionniste, choristes, etc) avec en scène de fond Westway : Un pont à l’Ouest de Londres de 4 km de long. Outre la chanson Under The Westway, une référence y est également faite dans For Tomorrow. En tout cas, Blur débute en lançant le tube Girls & Boys avec un Damon Albarn totalement déchaîné qui n’aura de cesse pendant le concert de bondir comme un jeune de 20 ans. Si Damon semble avoir gardé l’énergie de ses 20 ans, Alex James semble être celui qui a le plus vieilli de tous depuis 2009. Et c’est d’ailleurs souvent vers lui que les caméras se tournent en début de concert, Damon exclu évidemment. En effet, nous voyons bien plus rarement Graham (plutôt rajeuni par sa coupe) sur les écrans géants. Et ce choix s’explique peut-être par le fait qu’on semble lire beaucoup d’émotions sur le visage d’Alex. Même si son son tic (clignement des yeux) pourrait porter à confusion, Alex James semble bien au bord des larmes. Un sentiment que j’ai pendant une dizaine de minutes et qu’un tweet de lui-même pourrait bien me confirmer :

La foule est en tout cas en délire, même si il n’est pas toujours facile d’avoir un peu de place pour bouger et sauter (en témoigne cette photo de NME.com où je suis à droite des italiens). Dès la première chanson, des personnes sont d’ailleurs déjà évacuées pour retrouver un peu d’espace et de respiration. Et dans mon cas, je n’aurai pour ainsi dire même pas eu la place de poser mes deux pieds sols sans qu’au moins un se fasse marcher dessus tout du long. Mais en tout cas, tout le concert se déroulera dans une très bonne ambiance et dans le plus grand respect entre tout ceux présent.

Pour évidemment proposer quelque chose de différent de 2009, la setlist de Blur a forcément dû bouger et c’est ainsi que le second titre est London Loves. Les 4 titres qui suivent sont Tracy Jacks, Jubilee, Beetlebum ainsi que Coffee & TV. Damon Albarn n’hésite évidemment jamais à quitter la scène pour aller au contact des fans.

Ensuite arrive la chanson « Out Of Time » que Damon Albarn dédiera au peuple syrien ainsi qu’aux sportifs ne pouvant participer aux JO à cause du régime politique mené dans leur pays. Pour cela, Blur est justement accompagné du musicien syrien Khyam Allami avec son « oud ». D’autres chansons font leur apparition depuis leur dernier concert à Hyde Park en 2009, dont Young & Lovely et Caramel. Après Country House, place à Parklife (à écouter ici) et comme toujours Phils Daniels en invité.

On continue avec Colin Zeal, Popscene & Advert avant le seul couac passé presque inaperçu : Le groupe commence à jouer The Puritan avant qu’après à peine quelques secondes Damon leur dise de passer directement à Song2 puisqu’un problème technique sur la boite à rythme empêche Blur de la jouer. Pendant Song2, c’est évidemment – une fois de plus – la folie. Ensuite arrive No Distance Left To Run et Tender, chanson qu’une partie du public reprenait déjà avant même le concert et qui sera reprise tout pendant qu’elle sera chantée par Blur, et également avant le rappel arrivant juste après This Is A Low, 20ème morceau de la setlist.

Le rappel se composera de 6 titres composés de Sing, Under The Westway, Intermission, End Of A Century, For Tommorow et The Universal. Pendant Under The Westway, Damon nous rappelle qu’elle a été écrite spécialement pour nous et c’est d’ailleurs pour cette chanson que la scène prend inévitablement ces plus belles couleurs. Au cours du dernier morceau The Universal, Damon Albarn reste une trentaine de secondes quasiment immobile, les yeux figés ou perdus devant ces 60 000 fans venus spécialement pour les voir. Comme après chaque chanson, ou presque, Damon Albarn nous remerciera pour ce grand moment. Le concert est fini, le temps est passé très vite, trop vite, car j’ai le sentiment qu’il n’a duré qu’1 heure 15 malgré les deux heures réels. Alors je me tends à espérer que je pourrais les revoir un jour. L’écran géant peut en tout cas à nouveau coulisser lentement sur le centre de la scène pour diffuser la fin de l’autre Cérémonie de Clôture.

Ce diaporama nécessite JavaScript.