Mots-clefs

Mark Lanegan – Blues Funeral

30 ans après la naissance de son premier groupe « Screaming Trees » et 7 ans après son dernier album « Bubblegum » Mark Lanegan et revenait en solo début 2012 pour « Blues Funeral ». Entre temps, il aura participé à divers projets (tous) réussies que ce soit en collaborant avec les QotSA, ou en livrant trois albums en duo avec Isobell Campbell (ancienne membre de Belle & Sebastian).

On retrouve un Mark Lanegan sombre mais poétique et très inspiré dans « Blues Funeral ». L’album débute par le mélancolique « The Gravedigger’s Song » qui n’est autre que le premier (et seul) single de l’album avant que la voix caverneuse de Mark Lanegan s’adoucisse pour « Bleeding Muddy Water » puis l’entêtant « Gray Goes Black », l’un de mes morceaux préférés sur cet album et à l’écoute ci-dessous :

Ensuite, place à « St Louis Elegy », un morceau à l’accent religieux comme une bonne partie de l’album. Sur « Riot In My House », Mark Lanegan reprend un rythme de voix plus rapide accompagné du rock corrosif de Josh Homme (leader des QuotSA) à la guitare. Ensuite arrive un autre titre toujours aussi réussi, « Ode To Sad Disco », qui comme son nom l’indique prend quelques airs discos avec un Mark Lanegan qui n’hésite pas à modifier son timbre de voix au cours de la chanson, passant d’une voix rugueuse à une plus douce, et inversement.

On passe rapidement sur le premier morceau décevant et sans grand intérêt de l’album « Phantasmagoria Blues » pour s’écouter « Quiver Syndrome », un morceau qui sonne assez électronique et agrémenté de quelques choeurs. La suite est un autre morceau teinté de sonorités électroniques, plutôt 80’s : « Harboview Hospital ». Ces deux derniers morceaux font sortir Mark Lanegan de son registre habituel et ne nous déçoivent pas. Ce qui n’est pas totalement le cas de « Leviathan », morceau un peu étrange et difficile à digérer.

On retourne dans le plus ordinaire malgré la présence d’une flûte avec « Deep Black Vanishing Train», un morceau reposant et appréciable avant la clôture de l’album par « Tiny Grain Of Truth » qui fait la part belle aux synthés, dans des sonorités plutôt anciennes et qu’on a plus l’habitude d’entendre. Mais l’omniprésence de ces synthés en vient à nous donner un sentiment désagréable lors de son écoute.

Malgré quelques morceaux moins bon notamment dans la seconde partie de l’album, Mark Lanegan nous est revenu avec un très bon album aux arrangements de qualité et avec quelques bonnes surprises. Sa voix ténébreuse s’occupant ensuite de faire le reste pour que le charme de « Blues Funeral » opère définitivement.

Tracklist :

1. The Gravedigger’s Song
2. Bleeding Muddy Water
3. Grey Goes Black
4. St Louis Elegy
5. Riot In My House
6. Ode To Sad Disco
7. Phantasmagoria Blues
8. Quiver Syndrome
9. Harborview Hospital
10. Leviathan
11. Deep Black Vanishing Train
12. Tiny Grain Of Truth